Cultures tropicales

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

ECOPHYTO Mayotte: Campagne de recensement des pratiques et analyses des IFT (Indice de Fréquence de Traitement) en maraîchage


Document


Actualité publiée le : 12/09/2017 Culture : Cultures maraîchères Zone géographique : Réunion-Mayotte Source : DAAF Mayotte / Auteur : Collaboration Chambre d’Agriculture – LPA de Coconi – Service Alimentation/DAAF – SISE/DAAF Références : Juillet 2016

Le plan ECOPHYTO pour Mayotte n’a été opérationnel qu’à partir de 2013-2014. Dans ce cadre, il a été décidé d’opérer une enquête visant à connaître précisément les pratiques phytosanitaires afin de mieux les maitriser.
 
Une enquête préalable,  menée par le SISE/DAAF en 2015, montrait que peu de cultures étaient traitées, sauf la salade, la tomate, les cucurbitacées, faisant l’objet de traitements réguliers.
 
Il a été choisi de questionner 30 producteurs, essentiellement parmi les « informels », qui représentent la majorité des producteurs de ces légumes et pour lesquels très peu d’informations sont disponibles sur leurs pratiques. Les cultures sont celles précitées.
Le questionnaire comportait 2 parties : d’abord, des informations générales (mode de cultures, sources d’approvisionnement et de conseils, devenir des produits, etc) – puis une fiche par culture (tomate, salade ou concombre) pour inventorier précisément le mode applicatif des produits phytosanitaires (PP) : dose, quantité d’eau de dilution, sur quelle surface et à quelle fréquence, afin de pouvoir calculer l’IFT par culture et par PP.
 
Le constat est le suivant : Plus de 55% des enquêtés déclarent ne recevoir des conseils que d’un « connaissant » de proximité, à savoir un exploitant un peu plus chevronné. Le technicien d’encadrement n’est cité que dans, à peine, 12 à 14% des cas / 79% des enquêtés disent se fournir directement auprès des distributeurs officiels (coopérative, GMS, etc), alors que, étrangement, aucun des informels visités ne dispose d’un Certi-phyto l’autorisant à acheter légalement / Les questions sur les étiquettes et la provenance des produits semblent indiquer que, dans 50% des cas, les PP arriveraient en fraude des pays voisins.
 
Une fiche résumé de 2 pages a également été produite.