Cultures tropicales

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

Projet Magecar: Expérimentation agronomique sur les Méthodes Alternatives de désherbage et de Gestion des Enherbements de la Canne à sucre à La Réunion.


Document


Actualité publiée le : 24/02/2014 Culture : Canne à sucre Zone géographique : Réunion-Mayotte Relié aux rubriques : Guides et manuels / Programmes de recherche Source : eRcane / Auteur : Maxime Chabalier et Daniel Marion

Rapport d’essais du projet Magecar de réduction des herbicides en culture de canne à sucre

Campagnes cannières de 2010-2011 et 2011-2012

 

 

La lutte contre les mauvaises herbes est un problème majeur en culture de canne à sucre. La diversité des sols, des climats, des espèces de mauvaises herbes rencontrées, la durée de la campagne, sont des contraintes de conduite des exploitations qui concourent à des situations d’enherbement très variables à La Réunion. Face à cette diversité de situations, la mise au point de méthodes de lutte alternative requiert du temps, mais l’emploi de techniques alternatives pour la maîtrise de l’enherbement conduira progressivement vers des itinéraires plus respectueux de l’environnement.

Parmi ces techniques, le faux-semis et le paillage sont déjà des pratiques d’un usage occasionnel pour la première, généralisé pour la seconde. Afin d’élargir le recours à d’autres techniques de lutte respectueuses de l’environnement, des travaux ont été engagés dans le cadre du projet Magecar:

  • la gestion différenciée de l’enherbement ligne de canne vs interligne ;
  • le semis d’une légumineuse dans l’interrang de canne ;
  • une étude pour une meilleure compréhension de l’effet du paillis, et l’intérêt ou non de compléter son effet sur un enherbement potentiel par des interventions complémentaires (herbicide, fauchage, semis de légumineuses…).

Les premiers résultats pour répondre à la difficulté de toutes les situations d’enherbement rencontrées, semblent aboutir à un équilibre entre lutte chimique et lutte alternative, tout en privilégiant cette dernière avec des messages aux planteurs pour :

  • développer l’emploi de méthodes alternatives déjà mises en œuvre, tels que le faux-semis, le sarclage mécanique interrang, l’arrachage manuel de souches de mauvaises herbes comme Panicum maximum, Rottboellia cochinchinensis ;
  • appliquer des traitements herbicides plus précoces : prélevée, postlevée précoce, afin d’éviter des pertes de rendement;
  • combiner ces techniques et celles qui seront mises au point.

A ce jour, les premiers résultats sont prometteur, l’augmentation des rendements avec l’utilisation de légumineuses en interrang tout en diminuant les IFTH, une meilleure compréhension des pertes de rendements en fonctions des pratiques de désherbages (prélevée sur paillis, postlevée précoce, postlevée tardif,…), l’acquisition de références sur des désherbage plus ou moins retardés des interlignes les lignes étant maintenues propres, et l’obtention de bonnes efficacités de désherbages avec des pratiques mécanisables tel que la fauche ou le sarclage. Cependant, il reste encore beaucoup de travail pour mieux maîtriser les différentes pratiques et leurs combinaisons puis les adapter et les vérifier sur diverses situations présentes sur l’île.

Rapport d’essais du projet Magecar de réduction des herbicides en culture de canne à sucre

Campagnes cannières de 2010-2011 et 2011-2012

 

 

La lutte contre les mauvaises herbes est un problème majeur en culture de canne à sucre. La diversité des sols, des climats, des espèces de mauvaises herbes rencontrées, la durée de la campagne, sont des contraintes de conduite des exploitations qui concourent à des situations d’enherbement très variables à La Réunion. Face à cette diversité de situations, la mise au point de méthodes de lutte alternative requiert du temps, mais l’emploi de techniques alternatives pour la maîtrise de l’enherbement conduira progressivement vers des itinéraires plus respectueux de l’environnement.

Parmi ces techniques, le faux-semis et le paillage sont déjà des pratiques d’un usage occasionnel pour la première, généralisé pour la seconde. Afin d’élargir le recours à d’autres techniques de lutte respectueuses de l’environnement, des travaux ont été engagés dans le cadre du projet Magecar:

  • la gestion différenciée de l’enherbement ligne de canne vs interligne ;
  • le semis d’une légumineuse dans l’interrang de canne ;
  • une étude pour une meilleure compréhension de l’effet du paillis, et l’intérêt ou non de compléter son effet sur un enherbement potentiel par des interventions complémentaires (herbicide, fauchage, semis de légumineuses…).

Les premiers résultats pour répondre à la difficulté de toutes les situations d’enherbement rencontrées, semblent aboutir à un équilibre entre lutte chimique et lutte alternative, tout en privilégiant cette dernière avec des messages aux planteurs pour :

  • développer l’emploi de méthodes alternatives déjà mises en œuvre, tels que le faux-semis, le sarclage mécanique interrang, l’arrachage manuel de souches de mauvaises herbes comme Panicum maximum, Rottboellia cochinchinensis ;
  • appliquer des traitements herbicides plus précoces : prélevée, postlevée précoce, afin d’éviter des pertes de rendement;
  • combiner ces techniques et celles qui seront mises au point.

A ce jour, les premiers résultats sont prometteur, l’augmentation des rendements avec l’utilisation de légumineuses en interrang tout en diminuant les IFTH, une meilleure compréhension des pertes de rendements en fonctions des pratiques de désherbages (prélevée sur paillis, postlevée précoce, postlevée tardif,…), l’acquisition de références sur des désherbage plus ou moins retardés des interlignes les lignes étant maintenues propres, et l’obtention de bonnes efficacités de désherbages avec des pratiques mécanisables tel que la fauche ou le sarclage. Cependant, il reste encore beaucoup de travail pour mieux maîtriser les différentes pratiques et leurs combinaisons puis les adapter et les vérifier sur diverses situations présentes sur l’île.