Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Limitation de la dérive


Dossier
En usage courant

Actualité publiée le : 10/05/2017 Culture : Viticulture, Cultures légumières, Cultures tropicales, Horti-PPAM, Grande Culture, Arboriculture

La dérive se produit lors de l’application de produits phytopharmaceutiques par le fait que dans le brouillard de pulvérisation nous avons une distribution du diamètre de gouttelettes hétérogène et notamment la présence de gouttelettes de faible diamètre (<200µ). Celles-ci sont facilement transférées par le vent voire d’autres facteurs météorologiques et peuvent se déposer dans des zones non souhaitées et avoir de graves conséquences telles que :

  • Provoquer des dégâts sur des cultures contiguës sensibles.
  • Contaminer les eaux de surface.
  • Entraîner des risques sanitaires pour les animaux et les humains.
  • Risquer de contaminer la surface à traiter et les alentours ou de provoquer un surdosage à l’intérieur de la surface à traiter.

 

La dérive peut être provoquée non seulement par la finesse des gouttelettes mais également par une trop forte hauteur de pulvérisation, une trop forte vitesse lors de l’application, une trop forte pression.

D’autre part, une forte vitesse du vent, une forte température et une faible humidité relative peuvent être des paramètres aggravants.

La réduction du volume de bouillie, obligeant l’utilisation de buses de petite taille peut également contribuer à augmenter le phénomène.

Pour éviter la dérive, il est donc indispensable de maîtriser les facteurs matériels et climatiques lors de l’application. La limitation de la dérive permet également de mieux cibler la pulvérisation sur les éléments à traiter.

Parallèlement, conformément à l’article 14 de l’arrêté du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits visés à l’article L.253-1 du code rural, l’une des conditions à respecter pour pouvoir réduire la largeur de la zone non traitée consiste en la mise en œuvre de moyens permettant de réduire le risque pour les milieux aquatiques. Chaque moyen retenu permet de diviser par au moins trois le risque pour les milieux aquatiques par rapport aux conditions normales d’application des produits. Ces moyens doivent figurer sur une liste publiée au Bulletin officiel du MA.

Ces équipements de limitation peuvent comprendre plusieurs types :

  • Buses anti-dérive pour le traitement des cultures basses ;
  • Buses de désherbage pour les cultures pérennes ;
  • Systèmes complets de pulvérisation pour les cultures pérennes de type face par face.

 

La liste est mise à jour régulièrement.

Même s’ils ne sont pas reconnus officiellement, les panneaux récupérateurs en cultures pérennes ont une action intéressante sur la limitation de la dérive.



Pour en savoir plus

OAD : Choix des buses et réglages du pulvérisateur - Arvalis – Institut du végétal

Quantification de la bouillie phytosanitaire interceptée par le végétal - Méthodologie et premiers résultats - Infos Ctifl

Arrêté du 4 mai 2017 / Mise sur le marché et utilisation - rubrique Réglementation / Encadrement des pratiques

avec accès à la note de service actualisée sur les moyens permettant la limitation de la dérive.


Panneaux récupérateurs - rubrique Matériel et Equipements / Optimisation de la lutte chimique

   

Partage d'expérience : pulvérisateur à flux tangentiel en viticulture - Site boitagri.com (réseau FARRE)

 

Partage d'expérience : utiliser pulvérisateur face à face avec panneaux récupérateurs  - Site boitagri.com (réseau FARRE)

Guide des Bonnes Pratiques pour la limitation de la dérive de pulvérisation - ToppsProwadis

 

Réglementer l’application, deux textes qui limitent - Marianne Decoin, Phytoma n°653 avril 2012, p.22-25

 

Dérive, volumes et doses, peut-on réduire les trois ? - Marianne Decoin, Phytoma n°653 avril 2012, p.46-50

Outil d’évaluation du risque de dérive en grandes cultures, vergers et vigne - site Tropps Prowadis

Perriot B., Gaudillat D. (2014). Désherbage : maximiser les atouts des buses à injection d’air. Perspectives Agricoles N°407 : 30-33